Nous appliquons la théorie de l'agence aux payes colligées à partir des archives d'une mine de cuivre. Cette mine payait des équipes de travailleurs avec un système de primes. Comme la plupart des systèmes d'incitation qui sont utilisés par les firmes, ce système de primes était plus simple que le contrat optimal qui équilibre les incitations, l'assurance et le free-riding. Pour expliquer ce désaccord, nous faisons l'hypothèse que les coûts de transactions associés avec l'implantation des contrats sont importants pour la détermination de la forme des contrats implantés. Nous utilisons les méthodes du maximum de vraisemblance pour estimer l'importance des coûts de transactions pour le choix de la forme du contrat observé dans cette mine. Notre stratégie d'estimation incorpore les restrictions impliquées par un modèle d'agence développé pour les salaires payés par la mine. Nos résultats impliquent que les incitations et le free-riding parmi les membres des équipes comptent pour deux-tiers de l'inefficacité du système de primes par rapport aux profits atteignables dans le cadre de l'information complète. L'autre tiers de l'inefficacité du système est attribuable à la forme du contrat choisi sous les contraintes des coûts de transactions. Nous discutons les explications alternatives pour nos résultats et les implications empiriques générales de la théorie de l'agence.

Voir le document

Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations
1130 rue Sherbrooke Ouest, suite 1400
Montréal, Québec (Canada) H3A 2M8
(514) 985-4000
(514) 985-4039
reception@cirano.qc.ca

© 2019 CIRANO. Tous droits réservés.



Partenaire de :

Website Security Test