Nous proposons un nouveau critère reflétant à la fois le souci des droits et le souci du bien-être dans l’évaluation des sentiers de développement économique. La préoccupation pour les droits est saisie par une structure de préférences envers des combinaisons de seuils de divers indicateurs quantitatifs. Les contraintes sont interprétées comme des droits minimaux à garantir à toutes les générations. Les niveaux de ces droits sont choisis de façon endogène, en tenant compte du coût en termes de bien-être. Un tel critère pourrait incarner l’idée du développement durable. Nous caractérisons la tension entre droits et bien-être dans un cadre économique général. Nous appliquons le critère au modèle de Dasgupta-Heal-Solow. Nous montrons que si le poids accordé aux droits dans le critère est suffisamment élevé, la solution optimale se situe sur la frontière des seuils. Le chemin de développement est alors « piloté » par les droits. Plus précisément, si une consommation minimale est considérée comme un droit, la consommation constante peut être optimale même avec un taux d’actualisation positif. Dans ce cas, la valeur implicite du droit joue un rôle important dans la détermination du taux d’actualisation à appliquer aux projets d’investissement social.

Voir le document

Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations
1130 rue Sherbrooke Ouest, suite 1400
Montréal, Québec (Canada) H3A 2M8
(514) 985-4000
(514) 985-4039
reception@cirano.qc.ca

© 2017 CIRANO. Tous droits réservés.



Partenaire de :