Dans cette étude, en utilisant les données du Panel Socio-économique Allemand (1985-1993), nous soumettons à réfutation un modèle simple de maximisation de la richesse pour expliquer le fait de quitter une entreprise. ¸ l'aide de questions subjectives sur la satisfaction dans l'emploi et dans d'autres domaines (loisir, santé...)autres types de satisfaction, nous développons une méthodologie permettant de comparer la valeur présente attendue de son emploi (incluant une composante non-pécuniaire) aux opportunités d'emplois extérieures. L'approche retenue est basée sur l'idée que une interprétation dela satisfaction qui exprime une préférence expérimentée de l'emploi actuel contre les alternatives d'emplois disponibles. La propension à garder l'emploi occupé dans ce contexte dépend estsimplementreliée aux du résidus de l'équation de satisfaction dans l'emploi. Nos tests confirment cette théorie de la satisfaction et le modèle classique de mobilité volontairela théorie économique de quitter volontairement son emploi. Finalement, nous observons que le résidu de l'équation de satisfaction dans l'emploi offre une meilleure prédiction du départ volontaire que le niveau général de la satisfaction.

Voir le document

Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations
1130 rue Sherbrooke Ouest, suite 1400
Montréal, Québec (Canada) H3A 2M8
(514) 985-4000
(514) 985-4039
reception@cirano.qc.ca

© 2019 CIRANO. Tous droits réservés.



Partenaire de :

Website Security Test