Parce que les mesures traditionnelles de l'épargne ne tiennent pas compte de l'épargne en capital humain et en capital naturel, elles ont tendance à sous-estimer systématiquement le taux d'épargne national au pays et dans les provinces canadiennes.

Traditionnellement, on définit le taux d'épargne nationale en additionnant l'épargne financière des ménages, des entreprises et des gouvernements et en l'exprimant en pourcentage du PIB sur un territoire donné. L'épargne financière est généralement obtenue par méthode résiduelle, c'est-à-dire en faisant la différence entre les revenus et les dépenses. Le taux d'épargne véritable ajoute à l'épargne financière la mesure de l'épargne en capital humain et soustrait la désépargne en capital naturel non-renouvelable. Bien qu'encore imparfaite, la mesure de l'épargne véritable donne un meilleur portrait de l'épargne sur un territoire.

Le rapport « L'épargne au Québec : sa mesure et son importance, 1981-2006 » fait un survol des différentes mesures de l'épargne au Canada, au Québec et en Ontario. Il présente également une évaluation de l'épargne véritable au Québec et au Canada.

DES DIFFÉRENCES MAJEURES

L'inclusion du capital humain et du capital naturel aux mesures traditionnelles de l'épargne a pour effet de modifier substantiellement le portrait de l'épargne au Québec.

Ainsi, lorsqu'on compare le taux d'épargne nationale et le taux d'épargne véritable du Québec, on observe que l'épargne des agents économiques québécois en pourcentage du PIB passe du simple au double environ. Par exemple, alors que le taux d'épargne nationale était de 7,42 % au Québec en 2005 son taux d'épargne véritable était de l'ordre de 13,08 % (p. 56 du document principal). En 1997, le taux d'épargne nationale du Québec était de 4,49 % alors que son taux d'épargne véritable était de 10,27 %. La relation du simple au double s'est maintenue tout au long de la période 1997-2005.

Le concept d'épargne véritable a été mis de l'avant par la Banque mondiale. Celle-ci publie un ensemble de statistiques sur l'épargne véritable des pays, mais pas des entités sous-nationales. Une validation de la méthodologie retenue pour calculer le taux d'épargne véritable du Québec, mais appliqué aux données canadiennes, a toutefois permis d'établir que la divergence entre la méthode retenue dans le rapport et celle adoptée par la Banque mondiale n'était pas majeure.



Voir le document

Dernières publications

2017s-12 CS
Policy relevance of applied economist: Examining sensitivity and inferences
Maurice Doyon, Stéphane Bergeron et Lota Dabio Tamini
Voir le document

2017RP-03 RP
La surqualification professionnelle chez les diplômés des collèges et des universités : État de la situation au Québec
Brahim Boudarbat et Claude Montmarquette
Voir le document

2017s-11 CS
The social cost of contestable benefits
Arye Hillman et Ngo Van Long
Voir le document

2017s-09 CS
Fiscal Surprises at the FOMC
Dean Croushore et Simon van Norden
Voir le document


Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations
1130 rue Sherbrooke Ouest, suite 1400
Montréal, Québec (Canada) H3A 2M8
(514) 985-4000
(514) 985-4039
reception@cirano.qc.ca

© 2017 CIRANO. Tous droits réservés.



Partenaire de :