0,050,09975 0

Activité externe: 89e Congrès de l’Association Francophone pour le Savoir (ACFAS)

Du lundi 9 mai 2022 à 8H45
Au vendredi 13 mai 2022 à 17H45

Le 89e Congrès de l'Acfas, organisé en collaboration avec l'Université Laval, s'est déroulé du 9 au 13 mai 2022 sous le thème Sciences, innovations et sociétés. 

Une semaine complète d'événements et de discussions sur la recherche et les savoirs avec plus de 200 colloques scientifiques et Enjeux de la recherche, plus de 600 communications libres, une quinzaine d’activités sur le campus de l’Université Laval ou dans les environs, et en ligne et une dizaine d'activités Science-moi! 

Plusieurs chercheurs et chercheuses CIRANO étaient présents pour l'occasion dans différents colloques.

 

Sources de la recherche et de l’innovation, les données de santé constituent un bien commun au grand potentiel pour l’amélioration des soins et des services sociaux. En même temps, ces données par nature très sensibles requièrent des règles et des mécanismes robustes pour favoriser l’adoption de pratiques responsables et dignes de confiance par les fiduciaires de données, ainsi que les utilisateurs et utilisatrices. Dès lors, la construction d’un lien de confiance solide et durable avec les communautés et populations exige la mise en œuvre d’actions d’envergure au service de l’acceptabilité sociale et citoyenne de l’accès et de l’utilisation des données de santé.

Le professeur François Laviolette, auquel ce colloque rendait hommage, parlait à ce titre de la construction d’« un pacte social sain et serein sur notre richesse collective que représente la donnée », « un pacte pour lequel il y aura confiance, transparence, littératie numérique suffisante, interprétabilité ».

Ce colloque avait pour objectif de contribuer à répondre à plusieurs questions : comment bien comprendre et prendre en compte les préoccupations et attentes diverses et sans cesse évolutives des citoyens et citoyennes du Québec? Quels outils et méthodologies déployer pour bâtir ce pacte social entre les populations et les utilisateurs et utilisatrices de données de santé? Quels investissements sont requis aujourd’hui pour entamer et pérenniser un tel chantier d’envergure partout au Québec?

Daniel J. Caron, professeur à l'École nationale d'administration publique (ÉNAP), Chercheur et Fellow CIRANO et Nathalie De Marcellis - Warin, professeure à Polytechnique Montréal, Chercheuse et Fellow CIRANO ont pris part à une table ronde d’experts sur les Données de santé et acceptabilité sociale

 

Encore aujourd’hui, les personnes ayant des incapacités représentent l’un des groupes les plus désavantagés sur le marché du travail au Québec. Selon l’Enquête canadienne sur l’incapacité de 2017, un écart de 48 % existerait toujours entre les taux d’emploi des 20-64 ans ayant des incapacités d’avec celles sans incapacités. Ces différences perdurent malgré les différentes lois, politiques et mesures mises en œuvre pour soutenir leur préparation, leur intégration et leur maintien dans l’économie productive. En plus d’interroger l’efficacité de ces mesures et politiques, cet état de fait appelle à mieux comprendre les différentes réalités susceptibles de les défavoriser aux différents moments de leur carrière. Ce constat amène également à proposer de nouvelles interventions contribuant à l’essor d’un marché du travail plus inclusif.

De manière à faire état des connaissances dans ce domaine, l’équipe de recherche Disability, Employment, and Public Policies Initiative (DEPPI) a proposé le colloque intitulé « Handicap, travail et politiques publiques ». Événement scientifique interdisciplinaire et intersectoriel, il visait tout d’abord à discuter des expériences de discrimination vécues en emploi ou en recherche d’emploi par les personnes ayant des incapacités, et ce, en fonction de leur âge, de leur genre, de leur appartenance socioculturelle. Ce colloque cherchait ensuite à explorer divers thèmes tels que les enjeux associés à la pandémie de COVID-19, les interactions entre les réalités des sexes, des genres et du travail, le dévoilement des incapacités, la communication de même que la conciliation travail-vie personnelle. Plus précisément, il s’agissait d’examiner comment ces différents éléments influent sur les possibilités d’obtenir et d’évoluer dans un milieu d’emploi qui répond aux besoins des personnes ayant des incapacités, correspond à leurs aspirations et leur offre les mêmes occasions de développement professionnel que les autres. Le colloque se proposait finalement de discuter des différents effets des politiques et des programmes existants, de même que des pratiques innovantes sur la recherche et l’occupation d’un emploi par les personnes ayant des incapacités.

Charles Bellemare, professeur à l'Université Laval, Chercheur et Fellow CIRANO a animé la session DEPPI : Un partenariat de recherche multidisciplinaire pour favoriser l’employabilité des personnes vivant avec des incapacités physiques

Charles Bellemare

Chercheur et Fellow CIRANO depuis 2004, Charles Bellemare est professeur titulaire au département d'économique de l'Université Laval. Il est aussi membre du Disability, Employment, and Public Policies Initiative (DEPPI).

Titulaire d'un doctorat en sciences énonomiques de CentER, Université de Tilburg, ses intérêts de recherche portent sur l'étude de la performance économique des immigrants, les méthodes microéconométriques et l'économie comportementale et expérimentale.

[ - ]
[ + ]

Daniel J. Caron

Chercheur et Fellow CIRANO depuis 2015, Daniel J. Caron est professeur à l'École nationale d’administration publique. Il est également titulaire de la Chaire de recherche en exploitation des ressources informationnelles, directeur scientifique de l'Observatoire de l’administration publique, coprésident du panel sur la transparence et l'ouverture du gouvernement de l'International Research Society of Public Management et membre du Centre de recherche interuniversitaire sur les humanités numériques. Il enseigne aussi l'évaluation des programmes à la School of Public Policy and Administration de l'Université Carleton.

Titulaire d'un doctorat en sciences humaines appliquées de l'Université de Montréal, il s’intéresse aux questions liées au numérique et à l’exploitation des ressources informationnelles. Ces travaux de recherche touchent aux données ouvertes, à la transparence, à la gestion documentaire dans les organisations, aux modèles de gouvernance de l’information, et aux politiques publiques et administratives qui touchent la production documentaire à l’ère numérique. Ses champs d’expertise incluent aussi l’évaluation de programme et les questions aborigènes.

Daniel J. Caron a travaillé pendant plus de 30 ans au sein de la fonction publique fédérale canadienne, où il a occupé diverses fonctions, notamment celles de directeur de l'information, de directeur général responsable de l'accès, de la protection des renseignements personnels et de la gestion de l'information, et de sous-ministre adjoint responsable des documents du secteur public fédéral. Avant de prendre sa retraite en 2013 en tant qu'administrateur général de Bibliothèque et Archives Canada, il a dirigé trois initiatives importantes. La première, le projet « Bureau numérique », a reçu un prix de la communauté de la gestion de l'information en 2013. La deuxième initiative était un mandat visant à repenser l'approche de la tenue des dossiers et des processus d'archivage au sein du gouvernement fédéral et a mené à la directive sur la tenue des dossiers. Enfin, M. Caron a mené une initiative visant à réorganiser le système des bibliothèques fédérales afin de l'optimiser grâce à une utilisation accrue des technologies numériques.

Daniel J. Caron a publié des articles dans le domaine de l'administration publique, dont les plus récents portent sur les questions de ressources d'information dans des revues universitaires telles que Archival Sciences, American Archivist et Archivaria. En 2011, il a publié Web HT.0 - Pour une société informée : la pertinence numérique et ses défis pour les sociétés démocratiques au XXIe siècle chez Hermann (Paris). En 2014, il publie L'Homme imbibé. De l'oral au numérique : un enjeu pour l'avenir des cultures ? Ces deux ouvrages abordent les multiples défis auxquels sont confrontées les institutions de mémoire dans l'environnement numérique.

[ - ]
[ + ]

Nathalie de Marcellis-Warin

Chercheuse et Fellow CIRANO depuis 2003, Nathalie de Marcellis-Warin est présidente-directrice générale du CIRANO depuis 2016, dirige depuis 2011 le projet du Baromètre CIRANO sur la perception des risques au Québec qui collecte annuellement des données sur les préoccupations des Québécois pour 47 enjeux de société, est responsable du Pôle CIRANO sur les impacts socio-économiques de l'intelligence numérique et Chercheuse principale du thème Innovation et transformation numérique. Nathalie de Marcellis-Warin est professeure titulaire au département de mathématiques et de génie industriel à Polytechnique Montréal. Elle est aussi Visiting Scientist à la Harvard T. Chan School of Public Health et chercheure associée à l’Institut de valorisation des données (IVADO).

Titulaire d’un doctorat en science de gestion (spécialisé en gestion des risques et assurance) de l’École normale supérieure de Cachan, ses intérêts de recherche portent sur la gestion des risques et la prise de décision dans différents contextes de risque et d’incertitude ainsi que les politiques publiques mises en place. Ses travaux de recherches combinent l’analyse économique, l’analyse coût-bénéfices, l’analyse de données d’enquêtes et plus récemment l’analyse de données massives non structurées.

En 2008, elle a créé le réseau RISQH, réseau de sensibilisation et de partage d’expériences sur la gestion des risques, la sécurité des patients et la qualité des soins dans les établissements de santé.

Elle a participé à l’élaboration de la Déclaration de Montréal pour un développement responsable de l’IA.

Elle est co-responsable de la fonction « Veille et Enquêtes » de l’Observatoire international des impacts sociétaux de l'IA et du numérique.

Elle a publié de nombreux articles scientifiques, plusieurs ouvrages et plus de 30 rapports pour le gouvernement et d’autres organisations. Elle a donné plus d’une centaine de conférences et elle est régulièrement sollicitée pour parler dans les médias.

[ - ]
[ + ]