Cet article mesure et décompose la croissance de la productivité totale des facteurs (PTF) potentielle en Tunisie sur la période 1983 à 2001. La croissance de la PTF potentielle est définie comme le déplacement de la frontière d'efficience de l'économie, qui est déterminée chaque année à partir d'un programme de programmation linéaire, un genre d'analyse DEA macroéconomique. Cette croissance de la PFT potentielle est décomposée de deux façons : une fois en termes de sources de la croissance, à savoir le changement technologique, les variations de taux de change, les changements d'efficience et utilisation des ressources ; et une fois en termes de bénéficiaires de cette croissance, à savoir le travail, décomposé en cinq types, le capital, décomposé en deux types, et le déficit permis de la balance commerciale. Nous trouvons que la PTF potentielle a cru de 1 % par an après l'introduction du programme d'ajustement structurel de 1987. La croissance de la PTF potentielle est surtout due au résidu de Solow, qui capte le progrès technologique, et a surtout bénéficié au travail non-qualifié. Les termes de l'échange ne furent pas favorables à la Tunisie. Après 1992, la frontière d'efficience s'est déplacée vers l'extérieur, mais la Tunisie s'est distancée de sa frontière d'efficience.

Voir le document

Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations
1130 rue Sherbrooke Ouest, suite 1400
Montréal, Québec (Canada) H3A 2M8
(514) 985-4000
(514) 985-4039
reception@cirano.qc.ca

© 2017 CIRANO. Tous droits réservés.



Partenaire de :