Nous analysons le contrat optimal entre un gestionnaire et les actionnaires initiaux dans un modèle à deux périodes où l’effort d’investissement du gestionnaire, effectué dans la période 1, et son effort courant, dans la période 2, determinent le profit de la deuxième période, de sorte qu’il peut être difficile de distinguer les incitations à ces deux types d’effort. Le contrat spécifie a) des rémunérations pour chaque période, b) le nombre d’actions qui sera accordé au gestionnaire à la fin de la première période et c) les restrictions (le cas échéant) sur le vente des actions acquises. Nous montrons que les attributions d’actions jouent des rôles différents selon que le signal de l’effort d’investissement est moins bruyant ou plus bruyant que celui de l’effort actuel. Dans le premier cas, l’entreprise donne plus d’incitation à l’effort d’investissement, et il n’y a pas besoin de restreindre la vente d’actions attribuées, et il est efficace de permettre au gestionnaire de vendre toutes ses actions pour éliminer son risque de dividende. Dans le dernier cas, le contrat efficace ne permet pas au gestionnaire de vendre toutes ses actions, et les deux efforts actuels et d’investissement reçoivent le même incitatif. Dans ce cas, l’octroi d’actions sert à surmonter le problème d’incohérence temporelle. Nous déterminons simultanément le nombre d’actions attribuées et les restrictions optimales sur les ventes d’actions.

Voir le document

Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations
1130 rue Sherbrooke Ouest, suite 1400
Montréal, Québec (Canada) H3A 2M8
(514) 985-4000
(514) 985-4039
reception@cirano.qc.ca

© 2017 CIRANO. Tous droits réservés.



Partenaire de :