En 1999, le ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec introduisait un mode de rémunération mixte optionnel pour rémunérer l'activité hospitalière des médecins spécialistes. Ce mode combine une rémunération forfaitaire pour chaque jour de travail (per diem ou demi per diem) et une rémunération partielle à l'acte s'exprimant en un pourcentage du tarif habituellement applicable pour un service donné. Cette étude jumelle en panel des données de sondage du Collège des Médecins du Québec et des données administratives de la Régie de l'assurance maladie du Québec pour évaluer l'impact de ce mode de rémunération sur les choix de pratique des spécialistes. Nous mettons l'accent sur l'effet de la rémunération mixte sur plusieurs dimensions du comportement professionnel du médecin : heures consacrées aux patients, heures consacrées à l'enseignement, aux activités médicales administratives et à la recherche, volume de services médicaux et temps moyen par service médical. Nos résultats montrent que l'introduction de la rémunération mixte a incité les médecins qui sont passés de la rémunération à l'acte à la rémunération mixte à réduire leur nombre de services médicaux (facturables) de 6,15 % et à réduire leurs heures de travail consacrées aux patients de 2,57 %. En revanche, le temps moyen par service médical s'est accru de 3,81 %, ce qui peut suggérer une substitution entre la quantité et la qualité des services. La réforme a aussi incité ces médecins à accroître le temps consacré à l'enseignement et aux activités médicales administratives (activités non rémunérées par la rémunération à l'acte) de 7,9 %. En outre, le temps consacré par ces médecins à la recherche (activité non rémunérée par l'un ou l'autre des modes de rémunération) a diminué de 14,7 %. Enfin, le revenu des médecins qui sont passés à la rémunération mixte s'est accru de 8,05 %, indiquant qu'il était financièrement rentable pour ceux-ci de choisir ce mode de rémunération.

Voir le document

Dernières publications

2017s-12 CS
Policy relevance of applied economist: Examining sensitivity and inferences
Maurice Doyon, Stéphane Bergeron et Lota Dabio Tamini
Voir le document

2017RP-03 RP
La surqualification professionnelle chez les diplômés des collèges et des universités : État de la situation au Québec
Brahim Boudarbat et Claude Montmarquette
Voir le document

2017s-11 CS
The social cost of contestable benefits
Arye Hillman et Ngo Van Long
Voir le document

2017s-09 CS
Fiscal Surprises at the FOMC
Dean Croushore et Simon van Norden
Voir le document


Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations
1130 rue Sherbrooke Ouest, suite 1400
Montréal, Québec (Canada) H3A 2M8
(514) 985-4000
(514) 985-4039
reception@cirano.qc.ca

© 2017 CIRANO. Tous droits réservés.



Partenaire de :