Ce texte étudie la différence entre l'aversion relative au risque et la résistance à la substitution intertemporelle dans la modélisation du risque climatique. Les préférences récursives stochastiques sont utilisées dans un modèle numérique stylisé utilisant les scénarios préliminaires GIEC 1998 sur l'économie et le climat. On montre qu'une aversion au risque plus forte conduit à augmenter le niveau optimal de taxation de l'énergie. Augmenter la résistance à la substitution intertemporelle a le même effet qu'augmenter le taux d'actualisation, tant que le risque n'est pas trop grand. Nous discutons les implications de ces résultats pour le débat sur l'actualisation et la durabilité sous incertitude.

Voir le document

Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations
1130 rue Sherbrooke Ouest, suite 1400
Montréal, Québec (Canada) H3A 2M8
(514) 985-4000
(514) 985-4039
reception@cirano.qc.ca

© 2018 CIRANO. Tous droits réservés.



Partenaire de :