Les questions de justice sociale prennent une place prépondérante dans les préoccupations des Québécois. À l'instar du débat social, notre réflexion sur la tarification des services d'eau au Québec place en son centre le principe d'équité. Les recommandations générales que nous y élaborons découlent des multiples facettes de ce principe, qu'il s'agisse d'équité verticale, pour protéger les plus indigents de tarifs trop exigeants, d'équité horizontale, pour s'assurer que les consommateurs consciencieux ne subventionnent pas indûment le comportement de consommateurs irresponsables, ou encore d'équité intergénérationnelle, pour veiller à la pérennité de nos infrastructures.

La plupart des municipalités du Québec dépendent présentement de la taxe foncière et des aides provinciales pour financer leurs services d'eau, qui sont alors fournis en quantité quasi illimitée aux usagers résidentiels. Or, un tel mode de financement ne peut être pleinement équitable : s'il peut respecter l'équité verticale, sous certaines conditions, il écorne nécessairement les objectifs d'équité horizontale – la facture des usagers étant indépendante de leur consommation – et d'équité intergénérationnelle – puisque le manque d'autofinancement n'incite pas à une gestion de long terme.

L'équité a une valeur, comme le démontre l'importance qu'on y porte dans le débat public concernant le financement et la tarification des services d'eau au Québec. L'équité a aussi un coût, notamment à cause d'une rentabilité économique des compteurs d'eau résidentiels encore à démontrer. De plus, l'équité possédant plusieurs facettes difficilement conciliables à moindre coût, tel que démontré ici, il s'agit pour le Québec de décider de l'équilibre entre équités verticale, horizontale et intergénérationnelle qui reflètera au mieux les préoccupations des Québécois. Dans tous les cas donc, avant même de parler de chiffres, nous estimons qu'un dialogue commun et de fond reste nécessaire afin d'éclairer le débat public sur la question d'une tarification plus équitable, de son implication sur la gestion et sur le financement des services d'eau.

Recommandations générales

1. Éloigner la gestion des services d'eau des préoccupations budgétaires gouvernementales : Les gestionnaires des services d'eau doivent avoir un objectif d'autofinancement.

2. Toute nouvelle tarification devra s'accompagner d'une baisse de l'impôt foncier correspondant au montant actuellement alloué aux services d'eau.

3. Quel que soit le mode de financement choisi, celui-ci doit être transparent.

4. De même, toute réforme devra se faire étape par étape afin de favoriser l'assimilation des changements par le public.



Voir le document

Dernières publications

2017RP-04 RP
Fonctionnement du marché des assurances privées de personnes dans le cadre de l’assurance médicaments et son encadrement réglementaire au Québec
Mélanie Bourassa Forcier, Pierre-Carl Michaud, Aurélie Côté-Sergent, Stéphanie Boulenger, Camille Lachance Gaboury et Claire Abbamonte
Voir le document

2017RP-04A RP
Fonctionnement du marché des assurances privées de personnes dans le cadre de l’assurance médicaments et son encadrement réglementaire au Québec (ANNEXES)
Mélanie Bourassa Forcier, Pierre-Carl Michaud, Stéphanie Boulenger, Aurélie Côté-Sergent, Claire Abbamonte et Camille Lachance Gaboury
Voir le document

2017s-12 CS
Policy relevance of applied economist: Examining sensitivity and inferences
Maurice Doyon, Stéphane Bergeron et Lota Dabio Tamini
Voir le document

2017RP-03 RP
La surqualification professionnelle chez les diplômés des collèges et des universités : État de la situation au Québec
Brahim Boudarbat et Claude Montmarquette
Voir le document

2017s-11 CS
The social cost of contestable benefits
Arye Hillman et Ngo Van Long
Voir le document


Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations
1130 rue Sherbrooke Ouest, suite 1400
Montréal, Québec (Canada) H3A 2M8
(514) 985-4000
(514) 985-4039
reception@cirano.qc.ca

© 2017 CIRANO. Tous droits réservés.



Partenaire de :