Un sujet qui demeure d'actualité quand on pense à la gouvernance des entreprises est le niveau de protection auquel les dirigeants devraient avoir droit en cas de poursuite par les actionnaires. Pour atteindre ce but, nous examinons s'il y a un lien entre la gestion agressive des courus discrétionnaires et la demande d'assurance de la responsabilité civile des administrateurs et dirigeants d'entreprise (ARCAD ci-après). Nous trouvons dans la présente étude que la taille des courus ne semble avoir aucun impact sur la demande d'assurance, que ce soit le fait même d'avoir un contrat ou la limite de la police. Le fait que les courus soient positifs semble toutefois avoir un impact sur le fait que les entreprises possèdent une ARCAD ou non. Nous demeurons perplexes de voir que même si l'ARCAD protège les dirigeants contre le coût de poursuites au civile, ces mêmes dirigeants ne voient pas cela comme une invitation au laxisme dans la supervision des pratiques comptables des entreprises.

Voir le document

Dernières publications

2017RP-03 RP
La surqualification professionnelle chez les diplômés des collèges et des universités : État de la situation au Québec
Brahim Boudarbat et Claude Montmarquette
Voir le document

2017s-11 CS
The social cost of contestable benefits
Arye Hillman et Ngo Van Long
Voir le document

2017s-09 CS
Fiscal Surprises at the FOMC
Dean Croushore et Simon van Norden
Voir le document

2017MO-04 MO
Méthodes avancées d’évaluation d’investissements / Advanced Methods of Investment Evaluation - Tome 2
Marcel Boyer
Voir le document

2017MO-03 MO
Méthodes avancées d’évaluation d’investissements / Advanced Methods of Investment Evaluation - Tome 1
Marcel Boyer
Voir le document


Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations
1130 rue Sherbrooke Ouest, suite 1400
Montréal, Québec (Canada) H3A 2M8
(514) 985-4000
(514) 985-4039
reception@cirano.qc.ca

© 2017 CIRANO. Tous droits réservés.



Partenaire de :