Le Sommet de la Terre, tenu à Rio de Janeiro, en 1992, a certainement marqué un tournant sans précédent dans la prise de conscience des enjeux environnementaux de la planète et de la nécessité de concilier les trois pôles du développement durable que sont l'économique, le social et l'environnement. La Déclaration de Rio énonce 27 principes devant guider la réalisation de ce grand dessein pour l'humanité. Parmi ces derniers, le principe 8 encourage les États à « […] réduire et éliminer les modes de production et de consommation non viables ». En informant le consommateur de l'impact environnemental net d'un produit, l'écolabel peut devenir un outil du développement durable. Cependant, peut-il aussi être un outil du protectionnisme vert? Cette question s'impose devant la multiplication des programmes d'écolabels à l'échelle mondiale puisque l'expansion du phénomène des écolabels, applaudie par les uns, suscite néanmoins des doutes chez les autres qui remettent en question la conformité de ces labels écologiques avec les règles du commerce international édictées sous l'égide de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Cette question toujours actuelle suscite de vives discussions dans l'enceinte de l'OMC depuis quelques années déjà. Notre article se propose d'analyser la conformité des programmes d'écolabel avec les dispositions pertinentes des accords de l'OMC. Comme notre étude le montrera, la nature même des écolabels, tels qu'ils sont conçus actuellement, fait en sorte qu'ils ne devraient pas violer les règles de droit qui président à ces accords. Toutefois, l'existence d'un débat sur la conformité des écolabels avec les règles du commerce international est le signe d'un conflit politique et économique potentiel, et non négligeable, sur cette question. En dernière analyse, nous concluons que la discussion devrait être poursuivie, mais à un autre niveau, à savoir celui de l'harmonisation des règles régissant les programmes d'écolabels en vue de minimiser les problèmes politiques et économiques que les écolabels sont susceptibles d'engendrer.

Voir le document

Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations
1130 rue Sherbrooke Ouest, suite 1400
Montréal, Québec (Canada) H3A 2M8
(514) 985-4000
(514) 985-4039
reception@cirano.qc.ca

© 2017 CIRANO. Tous droits réservés.



Partenaire de :