Le plus connu des corpus de données sur le temps de travail au cours du long dix-neuvième siècle, réuni par Angus Maddison, est sérieusement erroné, car il présume que tous les pays avaient les mêmes heures de travail que celles des Britanniques. Cet article présente de nouvelles mesures du temps de travail pour l'Europe, l'Amérique du Nord et l'Australie, entre 1870 et 1900. À l'exception de la Grande-Bretagne et de l'Australie, les heures de travail étaient très longues, avec des rythmes de décroissance différents selon les pays. La longueur de la semaine de travail était inversement proportionnelle au niveau de revenu, mais avec une légère tendance convergente ou un rattrapage tel que la théorie le prévoyait. Les routines de travail et les lois régissant les heures de travail expliquent certaines différences, mais les particularités sectorielles vont dans le sens opposé. Au sein des industries concurrentielles, comme les textiles, il y avait un nivellement par le bas. Comme les longues heures de travail constituaient un avantage compétitif, même le travailleur du textile au Lancashire a dû ajuster sa montre à l'heure italienne.

Voir le document

Dernières publications

2017s-12 CS
Policy relevance of applied economist: Examining sensitivity and inferences
Maurice Doyon, Stéphane Bergeron et Lota Dabio Tamini
Voir le document

2017RP-03 RP
La surqualification professionnelle chez les diplômés des collèges et des universités : État de la situation au Québec
Brahim Boudarbat et Claude Montmarquette
Voir le document

2017s-11 CS
The social cost of contestable benefits
Arye Hillman et Ngo Van Long
Voir le document

2017s-09 CS
Fiscal Surprises at the FOMC
Dean Croushore et Simon van Norden
Voir le document


Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations
1130 rue Sherbrooke Ouest, suite 1400
Montréal, Québec (Canada) H3A 2M8
(514) 985-4000
(514) 985-4039
reception@cirano.qc.ca

© 2017 CIRANO. Tous droits réservés.



Partenaire de :